Langrune-sur-mer

×FAITS HISTORIQUES

La libération de Saint-Aubin, Graye-sur-mer, Langrune-sur-mer et Douvres-la Délivrande
Saint-Aubin-sur-mer tombe aux mains des soldats du North Shore Regiment (8e brigade canadienne) après des combats les opposant aux Allemands du 736e régiment d’infanterie. Graye-sur-mer est conquis par les Royal Winnipeg Rifles (7e brigade canadienne) qui s’empare du dernier point de résistance dans la ville, un sanatorium à l’ouest du bourg farouchement défendu par une poignée d’artilleurs allemands. A 22h00, deux troops du 46e Royal Marine Commando venues du Petit-Enfer par Luc-sur-mer et de Saint-Aubin-sur-Mer pénètrent sans combats dans Douvres-la-Délivrande copieusement bombardée depuis la veille par l’artillerie de marine.
A Langrune-sur-mer, les combats entrepris la veille par le 48e Royal Marine Commando pour s’emparer du point fort allemand redoublent d’intensité entre 11h30 et 15h30. Langrune est finalement libéré par les hommes du lieutenant-colonel Moulton. A la fin des combats, Moulton a perdu la moitié de ses effectifs débarqués la veille à l’est de Saint-Aubin.